LA FABRICATION DE CORDES 3/4

retour menu général

 

3. Réalisation pratique de cordes.

En ce qui concerne la réalisation de cordes, il y a plusieurs techniques possibles selon que l'on travaille manuellement ou a t'aide de touret à corder.

3.1. Les techniques mécanisées (touret à corder).

Ici on réalise dans une première étape les fils (ou les cordes) qui constitueront les torons. Ceux-ci sont ensuite assemblés est tordus ensemble pour former le cordage. La régularité du produit fini provient d'un mécanisme de roues dentées ou de poulies entraînées par une courroie, ce qui garanti un travail régulier. Cette manière de faire nécessite un appareillage relativement important, mais surtout un espace énorme (Le hall de cordage de Chatham (ancien chantier naval anglais transformé en musée) mesure près de 1 quart de mile (+/- 400 m de long".

3.2. Les techniques manuelles.

Dans ce cas-ci le cordier réalise dans la même séquence d'actions, la formation des torons au moyen des mèches, et de la corde au moyens des torons. L'artisan utilisera différentes techniques; mais dans bien des cas les caractéristiques du produit fini dépendront de son habileté et de son savoir-faire.

Voici une technique facile de fabrication, elle nécessite juste un peu de dextérité manuelle qui s'acquiert en travaillant. D'autres techniques manuelles existent elles seront détaillées dans de futurs articles.

3.2.1. On prend un faisceau de fibres

On va plier ce faisceau en deux le point de flexion constituant le point de départ du cordage.

Pour cela, on va tordre les deux extrémités de la mèche de fibres dans des sens opposés. Après quelques tours, Si j'on donne du mou au toron ainsi formé il va spontanément se replier en deux formant le début de la corde. On obtient du fait du repliement de la mèche de départ 2 torons composé chacun de fibres vrillées dans un même sens. Les 2 torons ensembles sont aussi vrillés entre eux mais dans les sens opposés aux fibres de chaque toron Ce sont ces 2 torsions contradictoires (torsion fibres < > torsion torons) qui vont donner à la corde sa tenue. On obtient ainsi ce que l'on appelle en terme de filature un retors.

haut de page

Fig. 10, le début de la fabrication.

N.B. la torsion des fibres composant chaque toron permet de les serrer l'une contre l'autre permettant ainsi la répartition des charges appliquées à la corde sur toutes les fibres.

3.2.1.B. une autre manière de commencer une corde, est de prendre deux paquets de fibres sensiblement identiques, de les relier par un nud à une extrémité, et de tordre chaque paquet dans le même sens en les croisant en sens opposes.

Fig. 11. début de corde au moyen de 2 mèches distinctes.

haut de page

3.2.2.L'ajout de fibres supplémentaires.

On te fait au fur et à mesure que la mèche originelle s'épuise en tentant de contrôler l'ajout de manière à conserver la même épaisseur à chaque toron. On continuera ainsi jusqu'à obtenir la longueur de corde voulue.

Fig. 12, l'ajout de fibres, soit par torons, soit les 2 torons en même temps.

La technique consistant à prolonger les deux mèches en même temps au moyen d'une mèche repliée en deux est citée pour mémoire. Pratiquement cette méthode crée des difficultés lors de l'ajout d'un troisième toron.

N.B. On pourra arranger les brins de la mèche en effet décroissant, de manière à avoir une répartition la plus homogène possible des ajouts de fibres afin de limiter les points de faiblesse de la corde.

3,2.3. Ajout de torons supplémentaires.

Un troisième toron pourra être ajouté, (voir un quatrième ou un cinquième ..) On procédera comme suit : on reforme une mèche de fibre (du même volume que les mèches constitutives des torons). On fait passer cette mèche dans la boucle de fibres formant l'extrémité première de la corde. On va ensuite tordre cette mèche pour former le 3e toron tout en tordant dans l'autre main ta ficelle à deux torons déjà obtenue.

ATTENTION la corde à deux torons et le 3e toron sont tordus dans le même sens. Ce faisant on tord la mèche de fibres pour former le fil pendant qu'on ouvre la ficelle à deux torons. On va alors aller glisser le troisième toron entre les 2 premiers (la ficelle s'ouvre spontanément). On continue ainsi tout le long de la corde en veillant à toujours insérer le nouveau toron dans la même spirale. On procédera de même si l'on veut ensuite ajouter un toron supplémentaire.

haut de page

fig. 13, ajout d'un toron supplémentaire

 

Remarque Si l'on veut réaliser une corde à 3 torons de 3 m par exemple il faudra d'abord réaliser une corde à 2 torons plus longue (environ 30 % de longueur supplémentaire que le produit fini). La longueur consommée pour chaque toron par mètre de corde sera fonction de l'importance de la torsion qui leur sera appliquée.

retour menu général